DPE Programme‎ > ‎

1. Structuration et Gouvernance

Décentralisation, responsabilisation et cohérence d’ensemble

La structuration de Lille1
La structure de l’université est peu lisible tant pour les étudiants que pour ses personnels. Une structuration efficace, en 2012, doit respecter plusieurs critères :
  • Elle doit être simple et compréhensible
  • Elle doit respecter les normes internationales afin d’être comprise par les étudiants et les collègues internationaux
  • Elle doit permettre une véritable structuration de l’enseignement et la recherche et favoriser l’interdisciplinarité
  • Elle doit être facilement insérable dans une « Université de Lille »
Nous proposons de structurer Lille 1 en collèges (ou facultés..) : SHS, Sciences, Ingénierie, IUT,…. Les collèges ont une grande autonomie et des gouvernances fortes, tout en respectant un certain nombre de structures existantes, efficaces, et qu’il ne faut surtout pas casser (les laboratoires, l’IUT, Polytech, l’IAE,…).
Les collèges sont divisés en départements de formation et de recherche. Les départements sont plutôt disciplinaires, parfois multidisciplinaires. Par rapport aux UFR actuelles, les départements intègrent beaucoup plus l’aspect recherche.
L’offre de formation est définie et gérée par les collèges et les départements.
Les laboratoires sont rattachés à un collège principal. Ils peuvent être multi départements.
Les collèges et les départements ont une grande liberté de s’organiser en fonction des traditions et des contraintes locales ou nationales

Pilotage
Les personnels de l’université doivent contribuer au développement de l’université tout en assurant l’évolution de leur carrière et en améliorant leurs compétences. Il faut pour cela un système décentralisé, redonnant de l’autonomie aux structures dans le cadre de contrats objectifs/ moyens, en cohérence avec la stratégie de l’Université telle que définie par les conseils et portée par l’équipe de direction.

Au travers des conseils de structures participatives nous privilégions comme au sein de DPE la collégialité de la réflexion, la construction collective des positions, en assurant une diffusion large de l'information et des modes décisionnels pour une totale transparence. On ne décide bien que lorsqu’on est bien informé, en toute connaissance des processus.

Le fonctionnement de DPE durant ces 4 années a été significatif : diffusion à tous ceux qui le souhaitaient de lettres et documents d’information, consultation du groupe avant chaque décision importante pour l’Université, afin de confronter les opinions et avis, réunion préparatoire des élus avant chaque CA. Pour encore mieux illustrer notre volonté participative et démocratique, la rotation des sièges dans les conseils est un bon exemple : un élu n’est pas « propriétaire » de son siège, il s’exprime au nom de la liste et des positions construites collectivement ; par ailleurs, pour que le plus grand nombre soit associé au fonctionnement des instances, il y a une rotation volontaire des sièges à mi-mandat. DPE a été la seule liste, dans l’histoire de l’université de Lille1, à proposer ce mode de fonctionnement et à le mettre réellement en œuvre durant ce mandat de 4 ans.

L’équipe de direction
  • Centrée autour du Président et d’un nombre resserré de VP stratégiques entourés d’une équipe opérationnelle (chargés de mission…) dont le rôle et les missions sont clairement établis, l’équipe de direction définit la feuille de route et la met en œuvre après validation par le CA.
  • L’équipe travaille en synergie et met en place en toute transparence un véritable dialogue de gestion avec les directeurs de structure, les instances réglementaires, les organisations représentatives (syndicats et listes d’élus). 
  • Les directeurs de structures s’appuient sur leurs conseils et équipes qui participent pleinement à la mise en œuvre de la politique d’établissement. Ils assurent toutes les consultations utiles au sein de leur structure, aidés si nécessaire par les chargés de mission dans leurs domaines respectifs. Ils rendent compte de la même manière. La concertation préalable doit être le maître mot. Ils mobilisent leurs équipes autour de leur projet et de son intégration dans la vision d’ensemble.
Les conseils
Le rôle du Conseil d’Administration est stratégique :
  • Il centre son action sur les projets politiques et stratégiques de l’université proposés par l’équipe de direction. En sus de son rôle décisionnel, chaque conseiller doit être également force de proposition
  • Il s’appuie sur les travaux du CS et du CEVU pour prendre ses décisions, celles-ci étant une simple validation pour certains types de décisions définis collectivement
  • Il s’appuie également sur les travaux de commissions préparatoires spécifiques composées d’élus des conseils de structures, et des groupes de travail internes et transversaux.
les structures
Les missions, le fonctionnement et le statut des différentes structures de notre université seront précisément définis, et consignés dans une charte de fonctionnement.

Cette charte fera une place importante à l’autonomie donnée aux structures sur la base de projets stratégiques argumentés, se traduisant par la mise en place de contrats d’objectifs et de moyens grâce à un dialogue. Ces projets sont mis en œuvre dans le respect du projet d’établissement. Autonomie impliquant vision collaborative, les projets transversaux mobilisant plusieurs acteurs doivent donc être privilégiés, que ces acteurs soient intra ou extra-université. Les services généraux accompagnent et mettent en œuvre le projet de l’établissement.
L’organisation repose sur des réunions régulières à date récurrente entre structures afin de favoriser les synergies et les échanges nécessaires entre l’ensemble des acteurs de l’université. Pour ne pas tomber dans le piège de la « réunionite » dont rien ne sort, chaque réunion devra se conclure par des décisions temporalisées (long, moyen, court termes). Les « salles de réunion » doivent devenir des « salles de décision ».
Ce modèle d’organisation porté par la liste DPE s’intègre dans la gouvernance de la nouvelle Université de Lille. L’avenir de notre université repose sur notre capacité à travailler ensemble et à nous enrichir de nos différences.

Place des structures de dialogue social
Des échanges réguliers seront programmés avec les organisations représentatives des personnels et des étudiants afin de recueillir leurs souhaits, suggestions, avis, y compris sur les propositions portées par les équipes.